Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 17:10

C’est mercredi, petite journée peinarde avec trois heures de cours seulement, dont deux en demi-groupes. Une sinécure. Pour que mes élèves de seconde ne perdent pas le fil de la leçon que nous sommes en train de faire, je réécris son plan au tableau, en rappelant rapidement ce que nous avons dit sur tel et tel sujet ; mais je vois que plusieurs transcrivent dans leur cahier tout ce qui sort de mon Velleda. Pour la quatrième fois, je répète que tout ceci n’est pas nouveau, qu’il s’agit juste d’un rappel : « Ah ! » s’écrient rageusement mes victimes, comme si je les avais traînées dans un piège sournois.

L’une des données que je leur ai présentées, c’est le fait qu’il y a désormais plus de sept milliards d’habitants sur la terre. Une élève demande alors la parole. C’est un fait exceptionnel car en règle générale, la parole n’est pas demandée mais prise comme une chienne. Une bouffée d’optimisme monte en moi et j’invite l’élève modèle à s’exprimer. Elle me demande si, dans ces sept milliards, on compte aussi les animaux. Ma bouche s’entrouvre et je ne peux répondre ; d’ailleurs un autre élève s’en charge à ma place, en accompagnant ses précisions d’insultes à mon avis méritées.

Ensuite je punis quatre élèves qui ne cessent de bavarder ; l’une d’entre elles se met aussi sec et sous mon nez à faire la punition que je lui ai donnée pour la fois suivante. Je prends sa feuille et la déchire : « Ça se fait pas ! ». Elle est sincèrement indignée. Je ne respecte pas son travail. 

Je demande à une autre élève de lire à haute voix la légende d’une photo représentant un bateau de migrants, quelque part dans la mer des Caraïbes. Le texte dit « Ils tentent de gagner la côte des Etats-Unis » ; mais elle a du mal à déchiffrer cet énoncé complexe, et lit le verbe conjugué en prononçant [tãtã]. Pourtant elle a seize ou dix-sept ans et elle a derrière elle au moins dix années de scolarité gratuite.

A propos de la photo, je dis aux élèves que cela doit leur rappeler le drame récent de Lampedusa ; et comme un grand nombre ne voient manifestement pas à quoi je fais allusion, je raconte qu’un navire plein de migrants a fait naufrage au large des côtes italiennes, noyant presque tous ses passagers. « Ouais ! » s’écrie joyeusement un élève du premier rang, alors qu’il est africain, arrivé avant-hier. Je ne sais pas ce qu’il veut dire : est-ce une provocation, un commentaire ironique, une flatulence de sa bêtise ? Je décide de ne pas approfondir, mais je suis frappé qu’aucun des autres élèves n’ait si peu que ce soit réagi à ce sobre éloge funèbre de 300 noyés.

 

A la récréation, deux élèves font leur apparition sur le seuil de ma classe : ils jouent au foot, avec un vrai ballon et un engagement comparable à celui qu’on pourrait mettre dans une finale européenne ; je dois faire un effort pour me souvenir que nous ne sommes pas à Wembley ou au Nou Camp mais dans le couloir du cinquième étage d’un lycée de banlieue. Ayant beaucoup à faire je décide de ne pas tenter l’impossible, c'est-à-dire la confiscation du ballon : je me contente d’une bonne soufflante et de menaces assorties. Mais alors que je termine de préparer ma salle, j’entends que les élèves ont repris le jeu. Ils ont simplement interrompu leur match pour le remplacer par un petit toro. Laissant tout en plan, j’interviens de nouveau. Un élève me dribble. Le ballon disparaît.

L’un des sportifs profite de ma présence pour rouvrir son dossier personnel : alors, cette heure de colle ? Je la lui ai donnée le dernier jour parce qu’il écoutait de la musique pendant mon cours. Mais il n’avait rien sur quoi je puisse noter la sanction, ni carnet de liaison, ni agenda, rien. Depuis, il joue la procédure, essaie le vice de forme : peut-on considérer comme devant être purgée une sanction qui n’a fait l’objet que d’une notification orale ? Ne pourrait-on négocier un sursis, voire un non-lieu ? Footballeur et juriste, cet élève incarne bien notre jeunesse multitalentueuse.

 

Dans l’heure suivante, je projette une carte où figurent des prévisions à long terme au sujet du réchauffement climatique. A Paris, il pourrait faire 6° de plus en 2100. Or la température moyenne en juillet est actuellement de 19°. Combien fera-t-il donc à la fin du siècle ? N’obtenant pas de réponse, je reformule : combien font 19 + 6 ? Plusieurs élèves sortent leur calculatrice, mais n’ont pas l’occasion de s’en servir car un trouble-fête surdoué finit par donner la bonne réponse.

Un peu plus tard nous observons un graphique représentant l’évolution démographique d’un pays pauvre quelconque. Commentant ce document, j’utilise à un moment donné la date « 1975 ». Une des meilleures élèves de la classe interrompt son bavardage pour prendre la parole (comme une chienne) :

« Eh, c'est les zippies, ça. Y faisaient l'amour avec tout le monde.

Moi. -Mais de quoi vous me parlez ?

L’élève. -Ben des zippies ! 1975, c'est ça leur époque, non ? J'ai vu un film, la fille elle savait même pas c'était qui le père à son enfant.

Un autre élève. -Non mais je peux la frapper, msieu, si vous voulez.

L’élève. -Vas-y, sale mysogyniste.

Moi. -OK, Autrélève, mais en dehors de l'établissement, d'accord ? »

Enfin je prends la sotte initiative de demander à mes élèves de faire un devoir à la maison. La consigne est de répondre sur une feuille aux questions des pages 31 et 35 du manuel. Une élève demande :

« Eh msieu, les questions des pages 31 et 35, là, qu'on doit faire pour mercredi prochain...

-Oui ?

-Ben elles sont où dans le manuel ? »

Je dois prendre un bref instant de pause. Je regarde la rue et j’imagine que je suis ce beau peuplier. Comme sa condition me paraît enviable !

 

Et je ne parle pas des élèves innombrables qui gardent leur sac sur leurs genoux ou sur leur table pour consulter en temps réel l’enrichissement de leur Facebook, de l’élève qui porte un sweat-shirt où l’on voit une main immense adresser urbi et suburbi un bon gros doigt d’honneur, de l’élève qui manque le premier cours mais vous fait l’amitié de venir au second, sourire aux lèvres, parce qu’il a fini par réussir à se lever, de l’élève qui vous apprend le 9 octobre qu’il n’a jamais eu le manuel avec lequel il est censé travailler depuis le 4 septembre, des élèves nombreux qui pensent que le mot « moindre » est une invention de ma fantaisie, des élèves qui ne peuvent s’empêcher d’annoncer à voix bien haute tous les évènements météorologiques visibles de nos fenêtres (« Y pleut ! » « Y pleut plus ! » « Ouah le veeent ! »).


C’est moi qui m’aigris ou ils sont de pire en pire ?

 

Consigne : dans le texte ci-dessus, l’auteur répète à de nombreuses reprises le mot « élève ». Remplace-le par des synonymes ou, le cas échéant, par des termes désignant plus exactement ce qu’ils sont.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ali Devine - dans Au lycée
commenter cet article

commentaires

Suzanne 11/10/2013 12:05


"C’est moi qui m’aigris ou ils sont de pire en pire ?"


Quelle drôle d'idée de faire un régime pour se m'aigrir en automne !


(Suzanne, mode "élève de seconde")


  Voilà encore un de ces petits textes doux, drôles et tristes  dont vous avez le secret. On voudrait que ce ne soit pas vrai, et pourtant on sait bien que ça l'est.

Ali Devine 11/10/2013 15:45



Je me suis aperçu ce matin que, depuis que j'ai commencé ce métier, j'ai nettement perdu en acuité visuelle et auditive. Je me demande si ce n'est pas un mécanisme de défense contre ces cinq
heures par jour de réalité ?



Aristide 10/10/2013 21:22


C'est très étonnant ce que vous écrivez là.


Comment ? La gauche est revenue au pouvoir, un agrégé de philosophie est ministre de l'éducation, 60 000 profs supplémentaires vont être recrutés et la situation irait en se dégradant?


Vraiment, c'est à n'y rien comprendre.

Ali Devine 11/10/2013 15:37



Enfin, camarade Aristide, la révolution ne se fait pas en un jour, ni même en dix-huit mois ! Ce n'est que dans vingt ou trente ans qu'on pourra apprécier les bienfaits des décisions prises en ce
temps...


 


Blague à part, l'état d'esprit dominant de ma profession à l'égard de la gauche de gouvernement est une sorte de dégoût incrédule. A l'exception du mariage gay, les enseignants "progressistes"
seraient bien incapables de citer une seule loi, une seule mesure qui rencontre leur assentiment. Vincent Peillon, en particulier, suscite désormais un sentiment proche de la plus franche haine.
Tout en avalisant les décisions les plus détestées de la majorité précédente (l'organisation du système autour du "socle commun de connaissances et de compétences", gros machin bureaucratique et
chronophage), il s'est aussi employé à déstabiliser l'institution fragile qu'on lui avait confiée par des réformes irréfléchies aux bénéfices extrêmement incertains -la réforme des rythmes
scolaires étant en la matière un véritable chef-d'oeuvre. 


 


Comme il est hors de question de rappeler la droite au pouvoir et que Mélenchon est assez largement considéré comme un petit guignol, on peut se demander si l'extrême-droite ne va pas réussir sa
tentative d'implantation dans le milieu enseignant. Les réactions aux propositions du "collectif Racine" sont à cet égard assez significatives : la plupart des gens avec qui j'en ai discuté, ou
que j'ai lus sur les forums, disent qu'ils sont d'accord avec la teneur de leur manifeste... mais que c'est lamentable d'avoir laissé l'extrême-droite s'approprier des notions aussi élémentaire
que le retour d'une vraie discipline dans les classes, le respect des savoirs disciplinaires, le rôle assimilateur de l'école pour les élèves d'origine étrangère, etc. Est-ce que ce verrou moral
tiendra jusqu'en 2017 ? On verra, mais je n'en suis pas certain.